Jakob Nielsen [1] analyse l’ergonomie du nouveau Windows 8 et enfonce le clou.

C’est la nouvelle mode du côté de la Pomme et de M$ que de vouloir “unifier” les interfaces des différents OS. Le 2ème temps sera de développer un seul produit, décliné sur tous supports (mobiles, tablettes, TV, PC …) avec des composants matériels identiques (ARM vs Intel?).

Un OS pour les gouverner tous, un OS pour les trouver, un OS pour les amener tous et dans les ténèbres les lier.”

Bien sûr les campagnes marketing vendront la facilité, le temps réel, l’instantanéité, l’accessibilité, l’uniformité et le bonheur pour tous. Une masse sous contrôle.

L’utilisateur est contraint. Contraint dans sa manière de faire et par ses faibles possibilités d’adapter son environnement.

Nos outils et leurs usages modifient nos esprits, notre appréhension du monde, nos modes de pensée, nos idées, nos capacités créatives … Une conception qui impose l’UNIFORMisation nous impose de facto bien plus qu’une manière d’aborder l’informatique.

A l’opposé se trouve un des gènes du Logiciel Libre: la diversité. Contre l’homogénéité descendante, la conception vient du bas, des utilisateurs. Elle reflète leurs usages. Tout est modifiable, tout est adaptable, tout est bidouillable [2].

Les utilisateurs de systèmes Libres chérissent et défendent ce que perdent de plus en plus les utilisateurs de systèmes privateurs: le contrôle.

1: https://fr.wikipedia.org/wiki/Jakob_Nielsen
2: https://fr.wikipedia.org/wiki/Bidouillabilit%C3%A9