Regard dans le rétro avec Hebdologiciel ce magazine qui pendant les années 80 nous faisait recopier listings et lignes de commandes sur nos micro-ordinateurs.

Les concepts du partage des sources, de l’apprentissage du code (par la lecture et l’écriture), de la modification, du hack, de la liberté d’expression (voir le ton), de la démocratisation des technologies, du contrôle … étaient présents ou en germes.

L’époque voyait s’opposer “pirates” (crackers dans une définition première) et “copieurs” (swappers) [1] [2]. Les pirates de l’époque étaient motivés par le défi technique (la déprotection, la “déplombe” des programmes), le partage (diffusion de main à la main), et la création (démo, musique, graphisme …). Toute une sous-culture underground émergea.

La motivation principale des copieurs: l’argent généré par la revente des programmes déplombés qu’ils pouvaient même (re)protéger à leur tour (!?).

Bien sûr ces définitions sont réductrices, la ligne de démarcation n’était pas franche, l’un n’empêchant pas devenir l’autre. Mais cela amena aussi le début des amalgames médiatiques résultat de la méconnaisse et de la méfiance vis à vis de la micro-informatique (ce nouveau sport des jeunes).

1: http://www.abandonware-magazines.org/affiche_mag.php?mag=7&num=1526&album=oui
2: http://www.abandonware-magazines.org/affiche_mag.php?mag=7&num=1447&album=oui